“Révéler les terroirs dans l’excellence”

Une bannière pour une multitude de grands vins
Serti entre la Côte de Beaune et la Côte de Nuits, le Domaine de la Vougeraie est né en 1999 du regroupement de plusieurs domaines acquis au fil du temps. C’est en 1964 que débute son histoire avec les premières vignes « Les Evocelles » acquises par Jean-Claude Boisset. C’est dans son village qu’il aura ses premières terres, ses 5 hectares de Gevrey-Chambertin. Le nom évocateur Vougeraie fait sans conteste référence aux 10 hectares de vignes du Vougeot qui constituent 1/3 de son vignoble. Nathalie et Jean-Charles Boisset, les enfants, arriveront par la suite au domaine et La Vougeraie acquierera au fil du temps des parcelles de renom sur des appellations d’exception : le Clos du Prieuré, le Musigny, les Bonnes-Mares et les Charmes-Chambertin, le Clos des Corvées Pagets et les Damodes à Nuits-Saint-Georges. Puis ce sont les premiers pas  en Côte de Beaune avec le Corton Clos du Roi et les Beaune Grèves, puis Corton-Charlemagne, Pommard, les premiers crus de Beaune et de Savigny. Enfin, des noms évocateurs comme Clos Vougeot, En Bollery, Les Cras et le Clos Blanc (monopole), viennent compléter la palette des grands vins du Domaine de la Vougeraie. En tout, ce sont 40 hectares de vignes en 36 appellations nichées sur une superficie allant de Bâtard-Montrachet à Gevrey-Chambertin. 20 personnes travaillent à l’année au domaine : 17 à la vigne et 3 en cave.

Magnifier la nature et la préserver
Pierre Vincent, vinificateur à La Vougeraie depuis 2006, a conduit notre visite et nos dégustations. Nous rencontrons un homme passionné et humble, très attaché au terroir et dont l’exigence se révèle dans l’excellence de ses vins. Véritable trait d’union entre la vigne et la cave il élabore des nectars au plus près de ce que peuvent offrir les climats. Il effectue un travail d’orfèvre à la vigne, avant de procéder en cave à un travail respectueux de l’intégrité des raisins.
C’est donc à la vigne que tout commence. Ici, on l’écoute avec attention et intelligence. Toutes les parcelles du domaine sont conduites selon les principes de la biodynamie, un pas au-delà de la culture biologique (déjà certifié Ecocert). Les éléments naturels sont réactivés et dynamisés. La recherche est dans l’équilibre entre le sol, la plante et l’homme, toujours dans un souci de valorisation des terroirs. Cette pratique demande beaucoup de temps, notamment pour les préparations (tisanes de plantes, préparations à bases d’éléments d’origine minérale et organique) qui sont faites puis déposées manuellement dans les vignes. Dans cette logique, une douzaine de plantes sont cultivées au domaine dans l’herberai vigneronne, comme par exemples la lavande ou l’absinthe qui servent à traiter les insectes. Aussi, chaque action à la vigne est rythmée par le calendrier lunaire.

Tous les vins sont élevés en fûts de chêne. 1/3 de fûts neufs pour les blancs et environ 40% de fûts neufs pour l’élaboration des rouges. Les bois des tonneaux sont issus de la forêt de Cîteaux, juste à côté, et le choix est fait directement sur chêne encore sur pied. Puis le bois est séché au domaine et la fabrication faite par la Tonnellerie Chassin pour les rouges et les Tonnelleries Rousseau et Damy pour les blancs.

« 2015 sera un très grand millésime »

Selon Pierre Vincent, 2015 sera une grande année pour les vins de Bourgogne. Il nous explique qu’après une floraison précoce et la sécheresse du début de l’été, la pluie à compter du 15 août a été bénéfique et a fait croitre la maturité du raisin. L’état sanitaire et la qualité des grappes ont permis une perte très minime sur les tables de tri avec en moyenne seulement 1 à 3% de récolte écartée, aussi bien en Côte de Nuits que en Côte de Beaune.
À la Vougeraie, les vendanges ont débuté le 2 septembre et se sont déroulées jusqu’au 15 septembre. Avec un rendement moyen de 40 hecto/hectares, les blancs 2015 font la promesse de la vivacité, du fruité et de la minéralité. Et avec un rendement moyen de 20-25 hecto/hectares, les rouges font le pari de la délicatesse, de l’élégance et de la finesse.
Un nouveau nom évocateur viendra enrichir le patchwork des grandes appellations du Domaine de la Vougeraie avec l’arrivée en 2015 du premier millésime en Vosne-Romanée Villages et Vosne-Romanée Champs-Perdrix.

Côté dégustation
Pierre Vincent avoue sa préférence pour la vinification des rouges : plus complexes à élaborer, ils demandent d’avantage de justesse et d’exigence. Ce qu’il  recherche avant tout dans l’élaboration de ses vins, c’est le fruité du Pinot Noir et l’extrême exactitude du terroir.

C’est dans les caves du domaine que notre dégustation s’est déroulée. Nous avons découvert des merveilles et des flacons plein de promesses. Au fil des dégustations, Pierre Vincent nous a donné son sentiment sur les blancs 2014 qu’il juge « fascinants », et nous a dévoilé son coup de cœur en rouge pour les « Bonnes-Mares » 2014.

Millésime 2013

  • Savigny-les-Beaune 1er Cru « Les Marconnets »
    Les Marconnets occupent une place privilégiée sur le versant beaunois et produisent un vin fin, tout en fraîcheur, gourmand et élégant.
  • Pommard « Les Petits Noizons »
    Les noizons, en patoi noyons qui signifie noyers. A la dégustation c’est un nectar puissant, très racé et caractéristique de son terroir.
  • Gevrey-Chambertin « La Justice »
    C’est un assemblage de plusieurs parcelles pour un vin de garde au caractère puissant.
  • Nuits-Saint-Georges 1er Cru « Clos de Thorey »
    Finesse et élégance caractérisent ce vin flatteur élevé à 40% en fûts de chêne neufs.
  • Clos de Vougeot Grand Cru
    Issu de deux parcelles vinifiées séparément, c’est un vin charnu, délicat et équilibré.
  • Bourgogne « Terre de famille »
    Plusieurs parcelles sont à l’origine de ce vin : 1/3 en Côte de Beaune et 2/3 en Côte de Nuits. Elles sont vinifiées séparément puis assemblées. Le Pinot noir offre ici toute sa délicatesse.

Millésime 2012

  • Savigny
    C’est un assemblage de deux parcelles qui offre à cette cuvée une belle matière avec des arômes délicats de pain grillé, beurré, toasté.
  • Vougeot 1er Cru « Le Clos Blanc de Vougeot » – Monopole
    Vigne mythique, Le Clos Blanc de Vougeot voisine avec le Château du Clos de Vougeot. Jadis, ce vin blanc servait de vin de messe aux moins de Cîteaux. Très aromatique, ce vin trouve son équilibre entre boisé fin et légère minéralité.

Puis nous avons déambulé dans les allées des caves du Domaine de la Vougeraie, passant tour à tour de la Côte de Beaune à la Côte de Nuits à la découverte de quelques joyaux du millésime 2014 : Savigny « Les Marconnets », Pommard « Les Petits Noizons », Chambolle-Musigny, Corton-Charlemagne, Clos de Vougeot Héritier, Puligny-Montrachet, Bienvenues-Bâtard-Montrachet.
Et la dégustation des « Bonnes-Mares » 2014 sur fût donnera raison au coup de cœur de Pierre Vincent. Nous sommes ici à la quintessence de la Côte de Nuits et le Pinot Noir offrira à ce grand vin ce qu’il a de meilleur : fruit, finesse et fraîcheur aromatique. Sa longueur lui donnera les armes pour une grande garde.